Respirer est une action automatisée par notre cerveau. On ne prend donc pas suffisamment le temps de bien respirer pour améliorer notre bien être. Pourtant, il existe plusieurs façons de respirer : la respiration abdominale, thoracique et claviculaire.
La respiration claviculaire et thoracique, par exemple, sont propices aux situations d’anxiété, de stress, ou d’effort. Notre mode de vie contribue à altérer de façon importante notre façon de respirer. Et malheureusement, une respiration inadaptée peut avoir des répercussions sur notre santé, mais aussi sur notre gainage.

Elle peut être responsable de mauvaises postures, et de compensations. Parfois cela mène à des douleurs localisées dans la nuque, dans les trapèzes ou même dans le dos. Dans un article précédent, on vous expliquait comment soigner les maux de dos.

Aujourd’hui, nous allons voir ensemble comment bien respirer pour améliorer son bien-être. 

Que faire pour bien respirer pour améliorer son bien-être ?

La respiration est vitale pour tout être vivant. Pour l’être humain, elle est possible grâce à plusieurs organes que nous possédons. Parmi eux, les poumons qui sont une surface d’échange qui permettent que le sang soit alimenté en oxygène et que le gaz carbonique puisse être éliminé.

Le diaphragme qui a une forme de coupole est situé au-dessus de l’abdomen et sépare les organes du thorax. Le diaphragme est un des muscles inspiratoires principaux.

L’expiration joue un rôle sur la contraction de nos abdominaux, et contribue à la flexion dorsale. Tandis que l’inspiration, quant à elle, favorise l’extension thoracique, la descente du diaphragme, et l’oxygénation du sang.

Comme son nom l’indique, la respiration diaphragmatique, quant à elle, est une respiration en profondeur, qui va solliciter le diaphragme. Elle est très bénéfique pour notre bien-être et nous permet de nous relaxer. 

L’impact négatif d’une mauvaise respiration sur la santé globale

La mauvaise respiration est la résultante de schémas respiratoires inappropriés. Or, avec une mauvaise respiration, il est possible de connaître une sensation d’essoufflement, au mieux, et de réelles complications chroniques dans les cas les plus sévères.

Une mauvaise respiration, trop rapide, et pas assez profonde par exemple, ne permettra pas une bonne oxygénation de notre sang et de nos cellules. Une respiration trop rapide par exemple, ou une hyperventilation, va entraîner un état d’alcalose respiratoire, qui trouble l’équilibre naturel qu’il y a dans notre sang.

Autre conséquence de la mauvaise respiration, un cercle vicieux peut se créer. Apparaît l’état d’alcalose respiratoire, qui entretient donc un état d’anxiété chronique, et inversement. Les deux effets vont s’alimenter l’un l’autre.

Souvent, la mauvaise respiration assèche la bouche. Elle favorise les mains moites, tout en perturbant la digestion, et elle peut aussi entraîner des maux de têtes. Les tensions corporelles augmentent avec une respiration inadaptée. Elle contribue aussi à augmenter la sensation de faim, et la fatigue globale de l’organisme.

Le péristaltisme intestinal est lui aussi favorisé par une respiration adaptée.

L’impact négatif d’une mauvaise respiration sur nos muscles

Plus précisément, en respirant moins bien, vous entraînez un dysfonctionnement localisé au sein de vos muscles, Cela va favoriser les spasmes, et les contractures musculaires, entre autres.

Ces dysfonctionnements, peuvent surtout se localiser sur les muscles autour des épaules et du cou. Cela va ensuite entraîner en cascade un effet négatif, à la fois sur la mobilité de notre étage thoracique, mais également des épaules, et de la ceinture scapulaire.

Au niveau du bas du dos, le carré des lombes et le psoas, sont par ailleurs connectés au diaphragme grâce à leur insertions au niveau des vertèbres lombaires. À terme, cette mauvaise respiration peut déclencher des douleurs au niveau du bas du dos et également du bassin.

Une solution : pratiquer la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque peut aider à gérer le stress et les émotions.

Elle peut lutter contre la dépression et diminuer la tension artérielle un rôle dans la lutte contre la dépression, ainsi que la tension artérielle. Elle permet d’augmenter l’amplitude de la variabilité cardiaque, de s’apaiser, de réduire le cortisol. 

Elle va aussi augmenter la DHEA, qui est l’hormone de jouvence et ralentit le vieillissement. Elle a également un rôle sur l’ocytocine, sur les ondes alpha et de nombreux neurotransmetteurs.

À long terme, la cohérence cardiaque va diminuer l’hypertension artérielle, le risque cardiovasculaire, et apporter un effet bénéfique sur la régulation du taux de sucre. Elle permet aussi une meilleure récupération. Par ailleurs, elle possède des effets positifs sur les troubles de l’attention, ainsi que sur la réduction de l’inflammation.

Comment pratiquer la cohérence cardiaque ?

Il suffit de pratiquer 3 fois par jour jour 6 respirations par minutes pendant 5 minutes. Comptez 5 secondes pour l’inspiration par le nez et 5 secondes pour l’expiration par la bouche.

La cohérence cardiaque peut se pratiquer n’importe où dans un environnement suffisamment calme où vous pouvez vous asseoir, il suffira juste de bien respirer pour améliorer votre bien être.

Plus de contenu ? Suivez-moi sur : Facebook | Instagram | LinkedIn

Vous aimerez aussi :

Leroy est coach sportif spécialiste de la transformation physique. Il est également le fondateur de Daie’s dont la mission est de vous accompagner grâce au coaching sportif. Objectif : vous aider à être plus en forme, améliorer votre santé globale et vous accompagner pour perdre de la masse grasse et gagner du tonus musculaire.

dapibus suscipit id justo tristique consequat. amet, Praesent